แดงสังคมนิยม

Les militaires et le gouvernement thaïlandais doivent être condamné pour l'utilisation de munitions à fragmentation

E-mail Print PDF

 

Les militaires et le gouvernement thaïlandais doivent être condamné pour l'utilisation de munitions à fragmentation

Le gouvernement et les militaires thaïlandais ont délibérément utilisé des munitions à fragmentation internationalement interdites lors du récent conflit avec le Cambodge. C'est une honte!

Les affrontements frontaliers de l'année dernière entre les troupes thaïlandaises et cambodgiennes ont été une tentative délibérée de créer une diversion de la crise de la démocratie en Thaïlande. Le Parti Démocrate et le PAD fasciste ont essayé de pousser l'idiotie nationaliste jusqu'au point de provoquer une guerre à la frontière pour ce qui est clairement un temple cambodgien. Le gouvernement installé par les militaires et l'armée thaïlandaise elle-même devraient être condamnés pour leurs actions. Mais ce qu'ils ont fait à la frontière cambodgienne n'est pas une surprise car ce sont ces mêmes personnes qui ont abattu près de 90 manifestants chemises rouges pro-démocratie non armés en avril et mai 2010. Auparavant, le Gouvernement thaïlandais et les militaires avait menti au sujet de l'utilisation de munitions à fragmentation. Maintenant, ils ont été découvert. Ils mentent toujours sur l'utilisation des tireurs d'élite pour tuer les "chemises rouges".

Voici la déclaration de la Cluster Munition Coalition (Coalition contre les Munitions à fragmentation) sur la question:

"La CMC condamne l'utilisation de munitions à fragmentation de la part des thaïlandais au Cambodge.

La Thaïlande et le Cambodge devraient rejoindre le traité mondial interdisant les munitions à fragmentation.

(Genève, 6 avril 2011) - Sur la base de deux enquêtes distinctes sur place, la Cluster Munition Coalition (CMC) a conclu que la Thaïlande avait utilisé des munitions à fragmentation sur le territoire cambodgien pendant le conflit frontalier en février 2011. Les responsables thaïlandais ont confirmé l'utilisation de munitions à fragmentation lors d'une réunion avec la CMC, le 5 avril.

Il s'agit de la première utilisation de munitions à fragmentation dans le monde entier depuis que la Convention de 2008 sur les munitions à fragmentation est entrée en vigueur et est devenue obligatoire pour le droit international. Le CMC condamne toute utilisation de munitions à fragmentation, et demande instamment à la Thaïlande et au Cambodge de s'engager immédiatement à n'en faire aucune utilisation future et à adhérer au traité global interdisant ce type d'armes. "

" Il est épouvantable, que tout pays puisse avoir recours aux munitions à fragmentation après que la communauté internationale les ait bannies", a déclaré Laura Cheeseman, directeur de la CMC.

"La Thaïlande a été un chef de file de l'interdiction mondiale des mines antipersonnel, et il est inconcevable qu'elle ait utilisé des armes interdites qui tuent et blessent aveuglément des civils d'une manière similaire."

Pour en savoir plus: http://www.stopclustermunitions.org/news/?id=3130